Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Article écrit le 1er mars 2014

Depuis l'agression,on en a fait du chemin.

Pendant l'année 2012, Loïc était seul pour faire face à la Médecine.
Depuis un an nous sommes deux. Cette année 2013 à permis de connaître le diagnostic.
Je vous en ai déjà parlé. Il n'a pas changé.

On continue tous les 10 jours les injections d'anesthésiant dans la tête.
Ça permet une accalmie des douleurs pendant 4 heures qui descendent à un seuil tolérable et remontent dans les 4 jours suivants...les 6 derniers jours sont insupportables.

Le traitement médical journalier est au maximum de la dose possible.

Il s'agit de Neurontin utilisé dans le traitement des douleurs neuropathiques périphériques- douleurs persistantes causées par des lésions de nerfs.
Ces infos précises pour vous, qui nous le demandez message privé. Ce n'est pas un secret d'état :)

Nous avons suivi à la lettre les directives du Professeur et ses conseils pour trouver une solution qui soit vivable.

En octobre, il nous avait dit de trouver une occupation à l'extérieur pendant les trois heures matinales durant lesquelles les douleurs sont un peu moins fortes. Quelque chose qui occupe l'esprit...
On n'a pas fait dans le détail...d'ailleurs on ne sait pas faire dans la demie mesure Loïc et moi...

Nous avons entamé un marathon culturel d'à peu près trois mois.
Tous les après midis, Loïc "tombait" épuisé de douleurs...et ne dormait plus la nuit...
Mais les matins on repartait.

Jusqu'à cette violente crise il y a trois semaines, incontrôlable, ingérable... Avec comme nouveauté, une paralysie de la main gauche.

Depuis trois semaines, nous nous sommes adaptés aux nouvelles directives du Professeur : resté couché et voir...

Pour voir, on voit...
Chaque jour c'est comme si on éteignait une petite lampe.
On enlève un morceau de vie. Loïc n'a plus de force, perd la mémoire immédiate, ne peut plus se concentrer, il est épuisé, vide...
Et les douleurs sont toujours là, insupportables.

En fait, je pense sincèrement, que lorsque la médecine ne trouve pas de solution, le choix de placer les malades dans un état de légume permet à la société d'être tranquille. Le malade est groggy, il dort, ses facultés de réaction diminuent, donc donne l'impression de moins souffrir.

Je ne veux pas de cette vie, pour lui, pour nous.... Nous ne voulons pas de cette vie.

Maintenant, il va falloir trouver de réelles solutions...de celles qui font que ça passe ou ça casse.
Nous ne resterons pas à attendre. Attendre quoi d'ailleurs ?

Quelqu'un nous a écrit récemment : quel duo ! Ce n'était pas dit de manière amicale (on s'en fout)... Mais ce qui est certain, c'est que loic et moi sommes identiques, que nous nous aimons et que jamais nous ne baisserons les bras. Si il n'a plus la force de repartir en guerre, je le ferai.
JAMAIS , je n'admettrai que tout ce qui est possible de faire ne soit pas tenté...et ce même si ça n'a jamais été fait.

C'est bientôt le printemps...
Il est vraiment temps de se réveiller et de sortir de ce brouillard ;)

À bientôt :)

Chris.

Freedom

Freedom

Tag(s) : #Nous